cuisine vegan

Comment débuter en cuisine végane ?

C’est la nouvelle forme de cuisine en vogue de nos jours. Elle est représentée par de délicieux plats divers et variés. Toutefois, elle est saine et riche en nutriments.

Elle englobe des recettes simples ainsi que des produits savoureux et méconnus du grand public. Dans cet article, nous vous donnons quelques conseils et nous vous expliquons les erreurs à éviter avant de vous lancer.

Les bienfaits de la cuisine végane

Elle englobe aussi bien des mets traditionnels que des repas gastronomiques. Avec de simples ingrédients, vous pouvez réussir des merveilles. La nature fournit un éventail de plantes, de fruits et d’herbes aromatiques à utiliser dans tous vos plats.

Elle offre une possibilité infinie et on rencontre des équivalents végétaux aux aliments qu’on a pour coutume de préparer. Certes, il ne s’agit pas de trouver les mêmes saveurs, mais plutôt les propriétés nutritionnelles que certaines denrées apportent à l’organisme.

De plus, il existe une grande variété de recettes quasiment inconnues qui méritent d’être découvertes. Vous pouvez désormais retrouver des produits laitiers 100 % végétaux dans les rayons de supermarché notamment des yaourts, des fromages, des margarines et des crèmes ainsi que des oléagineux en purée.

Vous pouvez cuisiner, de l’entrée au dessert, des repas simples et élaborés comme des fritures, des ragoûts, des gâteaux sans œuf ou encore des boulettes.

Les erreurs à éviter lorsqu’on débute dans le véganisme

Commencer sans aucune notion de nutrition

Être végane implique la modification du régime alimentaire auquel on a été habitué auparavant. Il est indispensable de connaître les nutriments qui favorisent le bon développement de l’organisme comme :

  • La vitamine B12 n’est pas générée naturellement par l’organisme, il est donc nécessaire de lui apporter des suppléments.
  • La vitamine D est produite uniquement par le soleil. Vous devez dans ce cas consommer des compléments soit en cure ou soit toutes les semaines selon vos choix.
  • L’iode est présent dans le sel et dans les algues.

Imposer son mode de vie à ses proches et à son entourage

Lorsqu’on décide de se mettre au véganisme, on s’attend à ce que les personnes qui nous entourent prennent conscience de la maltraitance des animaux et qu’en retour, elles deviennent végétaliennes.

Nous devons croire que chaque individu évolue à son rythme et le mode de vie de chacun est différent. En revanche, laissez du temps au temps et les choses se réaliseront toutes seules.

Permettez aux autres de se renseigner sur ce mode de fonctionnement. N’essayez pas de convaincre à tout va ce qui est bien pour telle ou telle chose. À force d’être trop insistants, les gens deviennent réticents.

Des placards vides

Si vous rentrez tard du travail et que vous n’avez pas fait les courses, cela peut vous mettre en difficulté. Nous recommandons de posséder un repas de secours qui se conserve assez longtemps.

C’est le cas des légumes dans des bocaux, des pâtes ou encore des recettes surgelées telles que des pommes de terre ou du riz qu’il suffit de passer quelques minutes à la poêle.

Trop manger par peur de carence

Il est important de manger normalement, suffisamment et rationnellement. Essayez de varier votre alimentation quotidienne et votre organisme n’en souffrira pas.

Vouloir absolument trouver l’équivalent végétal des produits laitiers, des viandes, des poissons ou de la volaille

Il est quasiment impossible de reproduire à la perfection le lait de vache en produit végétal. Contrairement aux équivalents de nuggets, des fromages ou de steak hachés qui restent d’une ressemblance incroyable.

Notre conseil demeure le lâcher-prise. Certes, cela demande du temps, mais au fur et à mesure, l’absence de tous ces produits ne se fera plus ressentir. Vous mettre dans cette position récurrente de trouver des semblables vous expose à des échecs et des frustrations.

Nous recommandons de vous ouvrir à d’autres aliments parfois inconnus, mais tout aussi savoureux.

Se rendre malade avec un aliment que votre organisme n’accepte pas

Il peut vous arriver de consommer des denrées qui ne conviennent pas à vos intestins justes parce qu’ils demeurent bons pour la santé comme les légumes.

Ainsi, il faut savoir que chaque organisme est différent d’un individu à un autre. Telle personne peut parfaitement digérer un aliment sans souci alors que d’autres le tolèrent mal. Ce qui peut causer des situations d’inconfort telles que des ballonnements, des diarrhées ou des flatulences.

Investir un gros budget pour commencer

Certains pensent qu’être végan, c’est s’offrir un blender, un presse-jus ou un déshydrateur. Certes, ces appareils sont importants dans une cuisine, mais ne sont en aucun cas un gage pour une bonne nourriture végane. Vous n’avez pas besoin de vous ruiner pour devenir végan.

Se décourager face aux échecs en cuisine

Vous serez confronté à des échecs lors de certaines de vos préparations, car la manière de cuisiner n’est pas la même que pour le menu classique. La pâtisserie végane va vous paraître difficile au début, tout simplement parce qu’il faut trouver l’équivalent des œufs. Heureusement, il existe des blogs, des chaînes, des sites qui montrent comment élaborer des recettes sucrées et salées.

Culpabiliser sur le passé

Vous pouvez avoir des regrets de ne pas avoir pris conscience assez tôt du changement de vos habitudes alimentaires. C’est une énergie négative dont il faut se débarrasser pour évoluer dans sa nouvelle vie.

Faire ses courses uniquement dans les supermarchés

Certes, c’est possible d’y trouver son compte, mais vous pouvez vous ravitailler en magasins biologiques ou en ligne pour vos aliments, vos cosmétiques ou vos produits ménagers. Pour les fruits, vous pouvez les découvrir chez les agriculteurs, à la cueillette ou dans les marchés paysans.